Projet ANR

Les méthodes qualitatives, utilisées très largement dans les sciences sociales françaises, rencontrent des difficultés au moment de généraliser leurs résultats, du fait du nombre limité de cas sur lesquels portent les enquêtes. L’archivage et l’analyse secondaire des enquêtes qualitatives pourraient permettre en partie de déplacer cette limitation, par l’analyse conjointe et la comparaison dans le temps et dans l’espace de cas plus nombreux. Ils permettraient aussi d’améliorer les méthodes de recherche en autorisant à la fois une meilleure connaissance des pratiques effectives des chercheurs et leur comparaison. Ils pourraient également constituer un support efficace pour l’enseignement. (Pour une analyse plus détaillée des attentes à l’égard de l’analyse secondaire des enquêtes qualitatives voir le rapport intermédiaire creation BDQuali garcia duchesne).

Mais cette pratique, qui se développe ailleurs, génère en France beaucoup de réticences. Certaines sont déontologiques : la recherche qualitative procède le plus souvent sur la base d’un contrat de confiance entre l’enquêté et l’enquêteur qui n’inclut pas la mise à disposition des informations fournies à d’autres que ceux à qui elles ont été confiées. Ces réticences sont aussi de nature épistémologique et méthodologique : la démarche qualitative construit des données (observations, entretiens en particulier) qui sont produites dans l’interaction du chercheur avec le milieu qu’il étudie : beaucoup doutent dès lors de la possibilité de réanalyser validement des données hors du contexte de l’enquête. L’objectif de ce projet est donc de tester, dans le contexte français, les possibilités de réanalyse d’enquêtes qualitatives, de façon notamment à valider – ou non – l’intérêt de leur archivage (voir Projet ANR réAnalyse).

Les réanalyses menées par les différents membres de l’équipe ont sensiblement évolué entre la conception du projet et sa mise en œuvre. Cela n’a rien de surprenant : tous les projets de recherche évoluent au fil de leur mise en œuvre, et tout particulièrement ceux qui reposent sur des investigations de nature qualitative. Ici, chaque réanalyse dépendait en plus de la possibilité qu’auraient les chercheurs de localiser des enquêtes dans un état de conservation suffisant pour être retravaillées et de leur capacité à convaincre leurs auteur.e.s de les leur confier. De plus, le projet réAnalyse a originellement été pensé comme une étape préalable à la construction d’une banque d’enquêtes qualitatives. Le succès du projet d’Equipex DIME-SHS a précipité les choses. Pendant trois ans, l’équipe de réAnalyse a avancé de conserve avec la réalisation d’un prototype de banque d’enquête qualitative au sein de l’équipe beQuali (voir Rapport à 30 mois réAnalyse). Mais les logiques centripètes de la politique dite « d’excellence » ont séparé les deux équipes. Quelques projets de réAnalyse ont dû être repensés en conséquence.

Les projets effectivement menés à bien par l’équipe reposent sur des situations différentes en terme de relation du chercheur à l’enquête d’origine (décalage plus ou moins grand entre la question traitée dans la réanalyse et le sujet de l’enquête originelle ; différents principes de cumul d’enquêtes à réanalyser). Toutes ouvrent aux chercheurs qui les ont conçues des possibilités nouvelles pour aborder les questions de recherche qui sont les leurs. Autrement dit, s’il s’agit bien, méthodologiquement, d’expérimentations, elles s’inscrivent réellement dans les domaines de compétences et les programmes de recherche des membres de l’équipe, et visent à produire des résultats substantiels autant que méthodologiques. La liste des projets menés à bien est la suivante :

Réanalyse mono-enquête :

Virginie Descoutures : Genre et « Formation du couple » : réanalyser une enquête canonique.

Stéphanie Abrial, Mathieu Brugidou et Annie-Claude Salomon : « Enjeux scientifiques et méthodologiques dans le choix des outils de la réanalyse. A propos de l’enquête d’E. Schweisguth, Les Français et la politique ».

Réanalyse d’un corpus d’enquêtes cumulées :

Thibaut Rioufreyt : « La lutte entre communistes et socialistes pour l’appropriation du référent marxiste : réanalyse des enquêtes d’E. Bréhier et F. Matonti »

Camille Hamidi, Valérie Sala Pala et Thibaut Rioufreyt : L’analyse secondaire des enquêtes territorialisées : une étude de l’ethnicisation des relations sociales dans les quartiers populaires.

Gilles Bastin : Répertoire / archive des sciences sociales du journalisme en France depuis les années 1980.

Réanalyses croisées entre auteur.e.s d’une enquête et chercheur/se secondaire :

Céline Belot et Virginie Van Inglegom : « réAnalyse croisée d’enquêtes relatives à l’intégration européenne ».

Sophie Duchesne et Claire Dupuy : « Policy/politics, réanalyse croisée et croisement des compétences ».

Par ailleurs, le travail de collecte des enquêtes mené en partie pour réAnalyse, en partie pour le consortium HUMA-NUM archiPolis, a permis d’avancer dans la compréhension des relations que les chercheurs entretiennent avec leurs enquêtes, relations qui influencent directement les conditions de la mise à disposition de ces enquêtes pour la réanalyse et qui ont été analysées plus spécifiquement par Carole Bachelot, Catherine Guaspare et Odile Gaultier-Voituriez.

Notons enfin que l’équipe de réAnalyse a également conduit des expérimentations d’utilisation des enquêtes collectées pour l’enseignement des méthodes d’analyse d’entretiens.

Au terme du projet, les membres de l’équipe partagent en partie certaines des réserves relatives à l’archivage classique et à la réanalyse des enquêtes qualitatives. Les expériences auxquelles nous nous sommes livrés visent notamment à les affronter et à chercher des solutions pour y répondre, convaincus que nous sommes que la communalisation des enquêtes est porteuse d’une transformation de la culture scientifique et ouvrirait à la recherche en sciences sociales des possibilités nouvelles. A condition que les choses soient bien pensées et bien faites. Le rapport final du projet est disponible ici (Formulaire Compte-rendu final reAnalyse mars15).

Les conclusions de l’équipe vont être présentées dans un numéro de la Revue Française de Science Politique à paraître en 2016 (voir la proposition reanalyse RFSP revue, le projet du numéro tel qu’il a été accepté par le comité de rédaction de la revue).

Une réflexion au sujet de « Projet ANR »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Expérimentations d'analyse secondaire d'enquêtes qualitatives en sciences sociales