L’ethnicité dans les sciences sociales françaises

Ce séminaire était organisé par le laboratoire Triangle (CNRS, UMR 5206) dans le cadre du programme de recherche ANR REANALYSE, au sein duquel les organisateurs du séminaire travaillent sur « L’analyse secondaire des enquêtes territorialisées : une étude de l’ethnicisation des relations sociales dans les quartiers populaires, le cas de Vaulx-en-Velin ».

Vous trouverez les enregistrements audio de certaines interventions :

Intervention de Maryse Tripier, Université Paris 7 – Denis Diderot, URMIS


Intervention de François Dubet, Université de Bordeaux, EHESS, Centre Emile Durkheim

Intervention de Françoise Lorcerie, CNRS, Aix Marseille Université

Intervention de Patrick Simon, INED

Intervention de Catherine Quiminal, Université Paris 7 – Denis Diderot, URMIS

Intervention de Jean-Paul Payet, Université de Genève, SATIE

L’ethnicité dans les sciences sociales françaises

Retours sur expériences et perspectives de recherche

*  *  *

Publié le mercredi 24 septembre 2014 par Céline Guilleux, dans Calenda (http://calenda.org/300891)

Résumé

Ce séminaire interdisciplinaire a pour objet la façon dont les sciences sociales françaises ont approché la « question ethnoraciale », en particulier depuis les années 1960, et dont les grilles de lecture scientifiques de cette question se sont transformées.

Argumentaire

Ce séminaire interdisciplinaire a pour objet la façon dont les sciences sociales françaises ont approché la « question ethno-raciale », en particulier depuis les années 1960, et dont les grilles de lecture scientifiques de cette question se sont transformées.

Quand et comment les différentes disciplines des sciences sociales (sociologie, anthropologie, démographie, science politique, géographie, études urbaines, droit, sciences de l’éducation, etc.) se sont-elles saisies de la question des « origines » et ont-elles mobilisé – ou non – la catégorie d’ethnicité pour ce faire ? Il s’agit d’abord d’examiner les acteurs, réseaux d’acteurs, disciplines qui importent et travaillent la question ethno-raciale. Les formes de circulation des problématiques et des savoirs entre disciplines, mais aussi entre sphère académique, sphère de l’expertise et sphère politique/militante seront analysées. Nous nous intéresserons également au rôle des passeurs qui ont contribué à l’importation de travaux, souvent anglophones, consacrés à l’ethnicité, et au repérage des auteurs et courants sociologiques importés. Mais l’enjeu est aussi d’analyser les conceptions de l’ethnicité qui circulent plus ou moins explicitement. On distinguera notamment les approches constructivistes, qui prennent pour objet d’étude les processus de catégorisation et de classification ethniques, et les approches positivistes, qui considèrent que les groupes ethniques existent dans la réalité, attendant d’être repérés, classés et ordonnés. Nous nous pencherons également sur la façon dont l’ethnicité est travaillée. Lorsqu’elle est employée, comment la notion est-elle définie? Est-elle abordée comme un objet ou comme un concept, comme une catégorie savante ou vernaculaire ? A quels débats scientifiques, épistémologiques, voire politiques ses usages donnent-ils lieu ?

À travers les interventions de chercheurs relevant d’une pluralité de disciplines, travaillant (ou ayant travaillé) sur ces questions, il s’agit de contribuer à une socio-histoire des sciences sociales et de leur rapport à l’ethnicité dans le contexte français. Les intervenants seront invités à revenir sur leurs expériences de recherche, à expliciter leur rapport à l’ethnicité, à porter un regard réflexif sur leurs travaux antérieurs et sur les évolutions des approches disciplinaires de l’ethnicité. Ce séminaire a ainsi vocation à apporter de nouveaux éléments de compréhension de la circulation des savoirs dans le champ d’étude de l’ethnicité, entre disciplines et entre courants théoriques, entre espaces scientifiques nationaux, voire locaux. Il doit aussi permettre de débattre des perspectives de recherche sur l’ethnicité et des enjeux épistémologiques, théoriques et méthodologiques sous-jacents. Continuer la lecture de L’ethnicité dans les sciences sociales françaises

RéAnalyse

Ce carnet vise à promouvoir l’expérimentation de l’analyse secondaire d’enquêtes de sciences sociales menées avec des méthodes dites « qualitatives » – autrement dit, utilisant l’observation, les entretiens approfondis et l’analyse documentaire. L’analyse secondaire de ce type de données ouvre des possibilités nouvelles aux chercheurs en permettant notamment des comparaisons dans le temps et dans l’espace difficiles à faire pour le chercheur qui collecte seul ses matériaux. Elle permet aussi une utilisation plus étendue de données dont l’intérêt n’est jamais épuisé par les publications issues d’une enquête. Elle offre enfin des possibilités de discussion sur les méthodes de recueil des observations et surtout sur les méthodes d’analyse beaucoup plus précise que ce que nous connaissons aujourd’hui. La pratique de l’analyse secondaire des enquêtes qualitatives, qui se développe ailleurs, génère en France beaucoup de réticences. Certaines sont déontologiques : la recherche qualitative procède le plus souvent sur la base d’un contrat de confiance entre le chercheur et les enquêtés qui n’inclut pas la mise à disposition des informations fournies à d’autres personnes que ceux ou celles à qui elles ont été confiées. Ces réticences sont aussi de nature épistémologique et méthodologique : la démarche qualitative construit des données qui sont produites dans l’interaction du chercheur avec le milieu qu’il étudie : beaucoup doutent dès lors de la possibilité de réanalyser validement des données hors du contexte de l’enquête. Le projet ANR réAnalyse, financé en janvier 2010, propose une première série d’expérimentations. Ce carnet servira d’abord à rendre visible les résultats obtenus par l’équipe, à les discuter, à faire connaître les difficultés rencontrées puis à promouvoir d’autres expériences du même type.

Expérimentations d'analyse secondaire d'enquêtes qualitatives en sciences sociales